Default

 

Interview la Dépêche du MIDI 

Du 7 mars au 1er avril 2016, la Fédération Associative Columérine expose une quinzaine de tableaux de l’artiste-peintre Cécile Grimaud, habitante de Lasserre-Pradère, une petite commune de l’ouest toulousain. Rencontre.

J’ai fait des études d’architecture d’intérieur et d’arts plastiques, j’ai toujours aimé dessiné du plus loin que je me souvienne. J’ai travaillé quelques années dans une agence de communication toulousaine comme conceptrice de stands d’exposition. Depuis quelques années, je suis Atsem dans une école maternelle de Léguevin. J’aime ce métier où la dimension humaine est essentielle et engageante à la fois et cela me permet également de trouver un équilibre avec ma vie familiale et de me consacrer à ma passion.

De quoi vous inspirez-vous pour peindre ?

 Ce sont plusieurs éléments mêlés les uns aux autres mais ça a souvent un rapport avec la nature et la couleur. Au départ d’un tableau, je suis inspirée par un élément naturel ou organique, une nuance de couleurs et parfois même le souvenir d’une atmosphère d’un soir d’été, d’une pluie de printemps… vient compléter ces sensations. J’ai une peinture très instinctive.

Comment travaillez-vous ?

Pour peindre, il me faut du calme, du temps et de la musique. Je ne peins jamais en semaine ou le week-end. C’est souvent pendant les vacances scolaires, j’ai besoin de savoir que j’ai du temps devant moi. La musique m’accompagne toujours et me guide dans mon processus de création, elle m’aide à être dans un lâcher-prise dont j’ai besoin pour me livrer et exprimer ce que j’ai au fond de moi. En une journée, je réalise une toile dans sa quasi-totalité.